Québec: parcs du Bic et de la Gaspésie

J08: Parc national du Bic

20 Juillet 2016

Après environ 30 minutes de route, nous arrivons au parc national du Bic, géré par la SEPAQ. On peut accéder au parc par deux entrées différentes situées sur la route 132: secteur Cap-à-l’Orignal et secteur Rivière-du-Sud-Ouest. Pour notre part, nous arrivons par la première entrée. Le prix d’accès au parc est de 8,50$/personne. Vous pouvez régler cette somme soit par internet, soit à l’entrée du parc. Toutefois, si vous arrivez en dehors des heures d’ouverture des guérites, vous devrez utiliser les postes d’auto-perception du parc et déposer le montant exact dans une enveloppe prévue à cet effet.

Nous nous rendons alors aux alentours de 8h30 au centre de découvertes et de services de la Ferme Rioux afin d’obtenir des informations sur la balade que nous avons prévue de faire ce jour-là. En effet, nous désirons emprunter le sentier « le tour cap-à-l’orignal ». Nous avons entendu beaucoup de commentaires positifs au sujet de cette randonnée de 2h qui permet de circuler au pied d’une impressionnante falaise côtière. Toutefois, il faut effectuer cette randonnée à marée basse. C’est pourquoi nous nous rendons au point d’informations. Nous souhaitons connaître l’heure des marées. Le centre de découvertes n’ouvre qu’à 9h et la personne nous informe qu’il va être impossible d’arpenter le sentier. En effet, il aurait fallu partir 15 minutes avant pour le faire entièrement en toute sécurité. Nous changeons donc nos plans et optons alors pour une autre balade.

A la place, nous choisissons la randonnée de 2h30 « Le Scoggan », qui nous permet de profiter de magnifiques vues, notamment sur la baie du Ha! Ha!

baie du ha ha!

Vous pouvez cliquer sur ce lien pour avoir accès au guide visiteur du parc et ainsi découvrir l’ensemble des randonnées.

Après un pique-nique pris au bord de l’eau, nous prévoyons de retourner à notre véhicule. Sur le chemin, à quelques mètres de nous, nous avons la chance d’apercevoir un magnifique cerf de Virginie, qui ne semble pas effrayé par notre présence. Bien qu’il nous surveille du coin de l’oeil, il se laisse prendre en photo à de nombreuses reprises.

Cerf de virginie

Nous consacrons le début de l’après-midi à l’observation de phoques. Il est possible d’en voir au Cap Caribou et à la pointe des Epinettes. Il faut choisir le lieu en fonction de la marée. En général, vous pourrez trouver dans les centres de découverte un panneau d’informations stipulant où se rendre et à quelle heure afin de pouvoir admirer ces jolis mammifères.

Nous rejoignons ensuite notre camping. Le parc en comporte trois: Rioux, la Coulée et Rivière du Sud-Ouest. Le tarif est de 29,25$/nuit. Nous vous conseillons vivement de réserver à l’avance si vous désirez un camping en particulier. En ce qui nous concerne, nous avons réservé par internet 48h à l’avance et n’avons pas pu nous rendre dans le camping que nous souhaitions. A la base, on aurait voulu soit celui de la Coulée, soit Rioux. On avait en effet lu sur internet des commentaires négatifs sur le camping Rivière du Sud Ouest, notamment à cause de sa proximité avec la route 132, très passante. Nous n’avons donc pas eu le choix et avons dû réserver celui-ci. Grâce au plan du camping se trouvant en ligne, nous avons choisi un des emplacements les plus éloigné de la route: secteur Guillermot, site 131. Notre place était plutôt sympathique mais même « éloignés » de la route, nous l’entendions beaucoup, de jour comme de nuit.

Camping Bic

Après avoir planté la tente, nous nous ravitaillons au Maxi de Rimouski (20 mn de route). Puis, lors de notre retour, nous retrouvons nos compagnons de route.

 

 Ecureuil

 

J09: Parc national de la Gaspésie

21 Juillet 2016

Nous empruntons tôt le matin la route 132 afin de nous rendre au parc national de la Gaspésie, géré également par la SEPAQ. Le trajet dure environ 2h45 et est très agréable. En effet, nous longeons le fleuve Saint-Laurent sur quasiment la totalité du parcours. Nous arrivons en fin de matinée au sein du parc et décidons de nous installer dans notre camping, dans lequel nous passerons les deux prochaines nuits.

4 campings sont à disposition. Les plus centraux sont Mont Albert et de la Rivière. Enfin, celui du Mont Jacques Cartier est situé idéalement pour la randonnée qui porte le même nom. En ce qui nous concerne, notre choix s’est porté sur celui du Lac Cascapédia, réputé plus calme (il y a en effet très peu de monde), mais forcément un peu plus excentré des randonnées les plus populaires. Par ailleurs, il faut emprunter 10 kilomètres de route non goudronnée afin d’accéder à ce camping. Parfois, une petite surprise s’invite au bord de la route.

Renard

Comme pour les autres parc SEPAQ, le tarif d’entrée est de 8,50$/personne et la nuitée en camping 30,25$. Les douches sont payantes (1$ pour 4 minutes). De plus, le site n’offre aucun point d’accès à de l’eau potable. Il est possible de louer des canots directement du camping, pour s’aventurer sur le lac Cascapédia.

Ce camping se situe à environ 40 minutes du centre de découvertes et de services. En début d’après-midi, nous décidons de nous y rendre. Le temps est plutôt couvert. Sur la route, nous apercevons un premier signe qui nous plaît bien. On espère fortement pouvoir admirer des orignaux dans ce parc réputé pour sa concentration de cet animal emblématique.

Panneau orignal

De nombreux sentiers de randonnées sont disponibles. Vous pouvez les retrouver ici. Celles-ci devraient plaire au plus grand nombre. On trouve en effet des balades pour tous les niveaux.

Nous nous mettons d’abord en jambe avec la randonnée familiale d’une heure « Le lac aux Américains ». Le point de départ est proche du centre de découvertes, sur la route 16, dans le secteur des monts McGerrigle. Le clou de cette balade est bien entendu, comme son nom l’indique, un beau point de vue sur un lac.

Lac aux américains

Quelques kilomètres plus loin, nous nous garons afin de démarrer la balade du mont Ernest Laforce. Cette boucle de 2h permettrait d’apercevoir des orignaux. Nous nous lançons donc à l’assaut du mont en croisant fortement nos doigts (même ceux des pieds). Autant vous prévenir tout de suite. Nous n’avons pas passé 2h à faire cette randonnée, mais plutôt 4. Nous n’avons pas été pris d’une crampe fulgurante, ni d’un mal de dos paralysant. Nous avons « juste » vécu des moments grandioses avec les orignaux. Ils s’étaient fait désirer durant notre séjour, mais mieux vaut tard que jamais.

Lorsque nous sommes arrivés au sommet du Mont Ernest Laforce, nous avons tout d’abord observé deux orignaux de loin. Vraiment loin. Petit conseil: apportez des jumelles, objet que nous n’avions pas, bien évidemment  😆

Puis, en redescendant, le miracle se produit. Un orignal femelle et son petit se trouvent à quelques mètres seulement du chemin. Puis, une autre femelle sort de sa cachette et se joint à la partie, en s’approchant davantage de nous. Nous restons là, pendant plus d’une heure, des étoiles plein les yeux à contempler ces animaux plein de grâce. C’est le genre de moment que l’on savoure intensément et que l’on se remémore ensuite longtemps.

Après ces moments riches en émotions, nous rentrons au camping. Si vous choisissez le même camping que nous, nous vous conseillons de prendre votre douche quand il fait jour. En effet, lors de la tombée de la nuit, la lumière des sanitaires (solaire) est très très faible, ce qui n’est pas très pratique.

Ce soir-là, croyez-nous, nous avons plus que bien dormi.

J10Parc national de la Gaspésie

22 Juillet 2016

Nous nous réveillons au son de la pluie. Et il s’agit d’une grosse pluie… Nous devons donc changer nos plans. Initialement, nous voulions absolument faire la randonnée du mont Jacques Cartier. Cette balade est « célèbre » et très appréciée. Elle permet en effet de voir de très près des caribous sauvages. Toutefois, l’accès au sommet est réglementé.  Afin d’atteindre le début du sentier de randonnée, vous êtes dans l’obligation de prendre une navette payante. Deux possibilités s’ouvrent alors à vous. Soit vous prenez la navette depuis le centre de services et de découvertes. Dans ce cas-là, vous paierez 17,25$/adulte. Attention toutefois. Il n’y a qu’une heure de départ dans la journée (9h) et une seule heure de retour (16h). Vous pouvez également prendre la navette depuis le camping du Mont-Jacques-Cartier. Ce camping se situe à 1h40 du camping Cascapédia et à 1h du centre de services. Le tarif est de 7,25$/adulte et les horaires sont plus variés. Le premier départ est à 10h. Le dernier retour est également à 16h. Nous renonçons donc, la pluie est vraiment trop forte.

Nous passons notre matinée au centre de services et de découvertes. Nous prenons un bon café et profitons du wifi afin d’effectuer quelques réservations pour les campings suivants. Nous regardons également un film sur les orignaux dans une salle spécifique du centre.

Après le déjeuner, le temps semble se relever un peu. Nous décidons donc de faire quelques balades qui partent toutes du lieu où nous sommes garés.

Nous empruntons d’abord le sentier « La saillie ». Cette balade d’1h30 aller-retour commence par la traversée de la rivière aux saumons Cascapédia et offre ensuite plusieurs points de vue.

Nous nous rendons ensuite à la chute Sainte-Anne.

Chute Sainte Anne Gaspésie

Nous terminons par le belvédère de la lucarne qui permet d’accéder à une tour d’observation.

En fin de journée, nous tentons à nouveau d’apercevoir des orignaux au lac Paul. Ce lac est situé à 15 kilomètres au nord de notre camping. Pour s’y rendre, il faut tout de même s’accrocher! La route est non goudronnée et on la conseille surtout aux personnes munies d’un 4×4. Une tour d’observation permet de surplomber le lac et d’avoir une vue panoramique. Des panneaux précisent que le lieu comprend la deuxième plus grande concentration d’orignaux du Québec après la réserve faunique de Matane. Nous passons environ 2h à observer les lieux en silence. Malheureusement, aucun orignal en vue.

Lac Paul Gaspésie

Auteur: Aurélie et Matthieu

Partager cet article :

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2015 | Une autre route