Islande : Questions pratiques

Nous avons reçu par mail plusieurs questions susceptibles d’intéresser la grande majorité d’entre vous. Nous avons donc décidé d’ouvrir cette rubrique afin de vous faire partager ces questions et nos réponses, qui, nous l’espérons, pourront vous aider à préparer au mieux votre voyage. Nous alimenterons fréquemment cette section. Si vous avez des questions particulières, n’hésitez pas à nous les poser. Nous les rajouterons ici.

Est-ce qu’aller en Islande va me coûter un bras?

Il ne faut pas se leurrer. Hormis les billets d’avion qui peuvent en général se trouver à un prix plus que raisonnable, le budget sur place peut vite faire mal au portefeuille. En effet, l’hébergement est hors de prix, la location d’un véhicule en haute saison représente la majorité du budget, et les restaurants proposent également des tarifs onéreux.

Toutefois, il y a possibilité de réduire la note. Par exemple, en ce qui nous concerne, nous avons opté pour le camping, choix bien plus économique, et nous avons mangé dans très peu de restaurants.

Voici notre budget pour ces 18 jours passés en Islande:

  • Essence : 350€ (environ 2500 kilomètres)
  • Voiture : 1800€ (Suzuky Jimny avec Gravel protection)
  • Loisirs : 170€ (baleines à Husavik, 2 musées)
  • Nourriture : 370€
  • Hébergement : 300€ (camping uniquement)

Soit un total d’environ 3000 euros (sans compter les billets d’avion).

Il faut également ajouter le coût du matériel et des vêtements techniques. Nous possédions déjà l’essentiel en ce qui concerne le matériel, mais nous avons dû investir dans des vêtements de qualité pour parer au climat islandais.

Comment laver et faire sécher son linge quand on fait du camping itinérant?

Pour le lavage, nous avions une technique imparable (ou pas). Nous avons lavé nos vêtements à la main (et la plupart du temps à l’eau gelée) dans les sanitaires des campings. Certains campings bénéficient de machines à laver, mais nous ne les avons pas utilisées. Nous avons lavé nos vêtements très souvent, par petites quantités, pour éviter de perdre nos doigts, et surtout pour le séchage, qui s’est avéré folklorique! En gros, on mettait nos vêtements derrière le pare-brise avec le chauffage à fond. Vu la température extérieure, cela était plutôt appréciable, mais cela faisait pas mal de buée. On essayait de laver les veilles de grands trajets. Ce n’est peut être pas la meilleure manière de s’y prendre, mais pour nous, cela a fonctionné et notre linge était toujours sec dans la journée. Si c’était à refaire, nous nous y prendrions de la même manière.

Puis-je trouver des stations essence facilement, ou bien vais-je me retrouver en rade en plein milieu d’un paysage apocalyptique?

Sachez déjà que les stations essence sont répertoriées, pour la grande majorité, sur des bonnes cartes routières. Nous n’avons eu aucune difficulté à trouver des stations. Si vous prévoyez de suivre le même itinéraire que nous, vous ne devriez avoir aucun problème. Nous vous conseillons de ne pas attendre le dernier moment pour faire le plein. En ce qui  nous concerne, nous nous sommes arrêtés fréquemment, surtout que le réservoir de notre véhicule était petit!

Toutefois, il peut être utile de vous renseigner davantage si vous souhaitez vous rendre dans les Highlands. En effet, dans certains endroits, vous ne trouverez pas de stations sur des centaines de kilomètres. Dans ce cas, soyez prévoyants et faites le plein à la dernière station disponible, voire à l’avant-dernière, pour éviter les mauvaises surprises (en cas de fermeture par exemple).

Nous pensons qu’apporter un jerrican n’est pas indispensable. Toutefois, cela peut s’avérer rassurant.

Comment traverser un gué en Islande sans ruiner sa voiture?

 Si comme nous, vous avez opté pour la location d’un 4×4, c’est certainement pour  emprunter des F-Roads. En Islande, une grande partie de ces routes sont traversées par des cours d’eau. Vous avez donc de grandes chances de traverser des gués.

Quand on ne l’a jamais fait (comme nous), on a pas mal d’appréhension avant le départ. Mais une fois l’adrénaline et la fierté du premier gué passé, les autres passent beaucoup mieux.

Ce qu’il faut savoir, c’est que la profondeur des gués est vraiment variable en fonction de la météo :

  • Trop de soleil, et la fonte des glaces augmentera le niveau d’eau
  • Trop de pluie, et bien sur le niveau d’eau augmentera également.

Le niveau peut donc être plus ou moins haut dans la même journée, si vous devez faire un premier passage le matin et un retour en fin de journée.

 Si vous estimez qu’un gué est trop profond, ou si vous ne sentez pas la traversée de ce dernier, il ne faut surtout pas hésiter à faire demi-tour. Il serait vraiment dommage de gâcher ses vacances.

Si vous n’arrivez pas à voir le fond du gué et donc à estimer sa profondeur, il ne faut pas hésiter à tenter une traversée à pied. Vous pouvez également utiliser un bâton pour sonder le fond. Vous ne sentirez plus vos pieds à cause de la température de l’eau, mais c’est pour la bonne cause.

Traversée de gué - Lakagigar

Pour savoir quelle profondeur on peut traverser, il faut d’abord savoir où se trouve la prise d’air moteur. Si vous dépassez cette limite, votre moteur va prendre l’eau.

Il ne faut pas avoir peur d’attendre qu’un autre 4×4 traverse le gué. Cela donne une très bonne idée de la profondeur et pourquoi pas, de la trajectoire à adopter.

Ca y’est, vous avez enfin estimé la profondeur de ce gué, qui n’est pas très rassurant. Maintenant, il faut passer aux choses sérieuses : la traversée !!!

Surtout, évitez de vous prendre pour Sébastien Loeb. Un gué ? ça se négocie doucement : il ne faut surtout pas prendre d’élan. Enclenchez la petite vitesse de votre 4×4 (low gear), et avancez doucement en essayant de garder une vitesse constante jusqu’à ce que vous soyez de l’autre côté.

Il faut surtout éviter de caler au milieu du gué. Si malheureusement cela vous arrive, n’essayez surtout pas de redémarrer, ou vous ferez rentrer de l’eau dans le moteur par votre pot d’échappement.

Voilà, vous êtes prêt (ou pas) pour cette aventure. Nous ne sommes pas des experts. Ce genre de traversée était une première, mais vaut vraiment le détour et vous laissera de très bons souvenirs.

  • Dernier Gué F208 - Landmannalaugar Jimny Suzuki

Auteur: Aurélie et Matthieu

Partager cet article :

5 commentaires

  1. Bonjour.
    Tout d’abord félicitation pour votre site.
    On est tombé dessus avec surprise et plaisir de trouver autant d’information.
    Nous sommes un couple de lyonnais et nous partons 18 jours au mois d’août cette année. On a également déjà réservé notre Suzuki Jimmy. D’ailleurs on a eu des doutes sur ce 4×4 et on a été rassuré en tombant après sur votre site et en voyant que vous aviez aussi ce véhicule.
    Je voulais vous poser une question à propos du camping. Avez-vous fait du camping sauvage (dans le lonely ils disent que c’est interdit) ou avez vous été dans des campings ?

    Merci beaucoup.

    Répondre
    • Bonjour,
      Nous vous remercions pour votre commentaire.
      Vous allez vraiment vous faire plaisir pendant 18 jours.
      On a vraiment pas regretté d’avoir choisi le Suzuki jimny. C’est un très bon choix .
      Concernant le camping, nous avons fait essentiellement des nuits en camping. Le camping sauvage est à ma connaissance uniquement interdit dans les parcs nationaux et sur les terrains privés. Nous avons croisé plusieurs personnes sur notre route faisant du camping sauvage.
      Bonne préparation!

      Répondre
  2. Bonjour à tous les deux.

    Je pars en oslande, seule, au mois de juillet. Pendant trois semaines.
    À l’heure actuelle, je n’arrive pas à trouver un prix de location de voiture avoisinant le votre. Auriez vous un conseil ?

    Merci beaucoup d’avance !
    Théa.

    Répondre
  3. Deuxieme mail avec ma bonne adresse cette fois, sans que le correcteur ne fasse des siennes.

    Merci encore!

    Répondre
    • Bonsoir Théa,

      Quel type de véhicule cherches-tu?
      Est-ce que tu as bien regardé sur tous les sites des loueurs que l’on a mentionnés sur notre page : véhicule de location?
      Les prix fluctuent assez d’un moment à l’autre et il semblerait qu’en 2 ans le taux de change n’ait pas évolué dans le bon sens.
      Il doit forcément y avoir un impact sur le prix de la location.

      Bonne soirée

      Répondre

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2015 | Une autre route