Islande : De Mývatn à Husavik

J6: Myvatn, Cascade et cratère

06 Juillet 2015

On se lève sous un épais brouillard. Le petit-déjeuner rapidement avalé, nous prenons la route très tôt vers Myvatn, car beaucoup de kilomètres nous attendent aujourd’hui. Après un bref arrêt à Akureyri pour faire le plein de provisions, on se dirige vers une des cascades les plus connues d’Islande: Godafoss. En effet, du haut de ses 12 mètres et surtout de ses 30 mètres de large, cette chute d’eau en impose. Comme dans chaque lieu très réputé, il y a foule. Toutefois, en allant de l’autre côté de la rive, vous aurez non seulement la chance d’être beaucoup moins nombreux, mais vous pourrez aussi bénéficier d’un meilleur point de vue pour prendre des photos.

 

Godafoss

Nous repartons vers Reykjahlid, au bord du lac Myvatn. Bien qu’il ne soit pas trop tard, nous préférons aller directement au camping planter la tente, afin d’avoir un emplacement de premier choix. Nous choisissons le camping Bjarg (1500 ISK/personne) situé au bord du lac. Nous avons l’aubaine de pouvoir nous positionner le plus près possible du point d’eau. Le lac Myvatn est réputé pour ses moucherons, qui ne vous lâchent pas d’une semelle et prennent plaisir à vous rentrer dans la bouche, le nez et dans les yeux. Certains voyageurs peuvent être incommodés. Pour notre part, nous avons de la chance. Les moucherons sont peu nombreux, et nous importunent peu.

  • Camping à Myvatn lac

 

Après s’être installés, on décide d’aller explorer les environs en se rendant sur le site de Dimmuborgir (balade n°30 du Rother). Cette randonnée de 2h15 commence sur du goudron avec pas mal de monde, ce qui peut d’emblée donner mauvaise impression. Cependant, il suffit de s’éloigner un peu pour se retrouver quasiment seuls et arpenter de véritables sentiers. On marche au milieu des formations volcaniques pour rejoindre le gigantesque cratère Hverfjall. Vous avez la possibilité de monter par deux chemins. Un sera facile. L’autre sera mentionné par un panneau comme étant difficile. La pente est très raide. Nous faisons le choix de ce dernier. Une fois arrivés en haut, nous sommes accueillis par d’énormes bourrasques de vent. Le cratère est impressionnant par sa taille: 1200 mètres de diamètre et 200 mètres de profondeur. La descente par le même chemin pique les genoux.

On retourne au camping dîner au bord du lac. Le temps est magnifique. Allongés dans la tente, nous profitons de la vue et des rayons de soleil qui nous réchauffent.

  • Hvjerfall

J7: Myvatn, paysages chaotiques

07 Juillet 2015

On se lève sous une fine bruine. Après avoir plié la tente, on file pour une randonnée d’1h30 vers Grjotagja (balade n°32 du Rother). Il s’agit d’une grotte renfermant une source d’eau chaude (45 degrés). Malheureusement, vu le temps, nous ne pouvons pas apprécier à sa juste valeur le spectacle. Lorsqu’il fait beau, les rayons traversent la fissure et éclairent la source d’un bleu glacial. On vous conseille d’y aller tôt car l’entrée de la grotte est assez étroite. A notre arrivée, nous sommes seuls. Mais, 5 minutes après, un bus arrive et on se rend vite compte que le site est trop petit pour accueillir autant de monde.

Grjotagja

 

Nous nous rendons ensuite à Hverir (Namafjall). Dès l’arrivée, l’odeur de soufre prend au nez. Le spectacle est impressionnant. Les fumerolles et les mares de boue en ébullition donnent un paysage chaotique. Il est facile et agréable de se balader autour de ces différentes curiosités.

Nous partons ensuite randonner sous une fine pluie à Krafla (balade n°34 du Rother). Il s’agit d’une boucle à travers l’une des coulées de lave les plus récentes d’Islande. Nous avons vraiment apprécié ce lieu. Les paysages sont encore plus chaotiques et saisissants. Pour ceux qui connaissent le Seigneur des anneaux, on se croirait en plein Mordor. Nous cherchons encore l’oeil de Sauron!

  • Krafla randonnée lave

Après cette matinée bien chargée, notre ventre commence à crier famine. Le temps se dégrade. Il pleut et le vent est glacial. On mange même dans la voiture, avec vue sur le lac Myvatn tout de même! Nous décidons donc de nous rendre au musée ornithologique de Sigurgeir à l’ouest du lac. Ce musée est au milieu d’une réserve d’oiseaux. Le lieu est vraiment chouette. Il est l’oeuvre de Sigurgeir Stefansson, un passionné qui avait la plus grande collection d’oiseaux empaillés d’Islande (180 espèces). L’exposition n’est pas très grande, mais tout de même intéressante et bien réalisée. Vous pourrez aussi apercevoir des Marimo Balls, des petites sphères d’algues qui se trouvent dans très peu d’endroits dans le monde. Le tarif est de 1000 ISK/personne, ce qui est tout de même assez élevé, vu la petite taille de l’exposition et le peu de temps passé sur place.

Pour finir cette journée, nous roulons vers Dettifoss. En arrivant sur place, la fatigue commence à se faire ressentir. Il gèle littéralement. Nous marchons en direction de la cascade avec l’appareil photo et le trépied. On ne s’attarde pas longtemps sur le site. La chute d’eau est impressionnante, mais, la direction du vent est en notre défaveur et nous finissons trempés et gelés jusqu’aux os.

DettifossEpuisés, on reprend la route direction le camping Hjalli. On choisit ce camping car il est à 35 km de Myvatn et 40 de Husavik, notre prochaine destination. Nous sommes seuls. Les emplacements sont très grands (entre 80 et 160 m2). Les sanitaires sont chauffés, très propres et récents. Vu la température extérieure, nous étions à deux doigts de dormir bien au chaud recroquevillés dans une douche… Le prix est de 1500 ISK/personne. Nous avons beaucoup apprécié ce lieu très calme et au milieu de nulle part.

Hjalli campsite

 J8: Les Baleines de la baie de Skjalfandi

08 Juillet 2015

Aujourd’hui est un grand jour. Nous l’attendons depuis longtemps. Nous espérons avoir la chance de voir des baleines. Nous partons tôt direction Husavik pour avoir le premier bateau de 8h30. Nous nous sommes renseignés auparavant sur internet et il paraîtrait que la chance de voir des cétacés soit plus forte le matin. Nous avons pas mal hésité sur la compagnie. Les deux principaux sont North Sailing et Gentle Giant. Sur TripAdvisor, les avis sont à peu près similaires et en ce qui concerne les prix, ceux-ci sont strictement les mêmes également (59 euros, soit 9 300 ISK/personne). Nous optons finalement pour North Sailing. On nous annonce une chance de 97% de voir des baleines. Toutefois, comme nous l’avons lu sur internet, il suffit d’apercevoir une queue de baleine de très loin pour que cela soit comptabilisé dans les statistiques. On croise donc les doigts très fort (même les doigts de pied!).

Arrivés à Husavik, on ne peut pas rater North Sailing. Les drapeaux de la compagnie sont jaunes. Comme souvent, nous arrivons les premiers. Nous en profitons pour prendre nos tickets car nous n’avons pas réservé à l’avance. Nous optons pour la formule la moins chère « Husavik original whale watching ». Il s’agit d’un tour de 3h dans la baie Skjalfandi. Pour les inquiets, sachez qu’il y a des toilettes à bord. Il y en a également dans le bar au rez de chaussée de l’agence. On en profite pour se balader sur le port et admirer les jolis bateaux traditionnels. Le ciel est avec nous. Il fait gris mais ne pleut pas. La mer ne semble pas agitée.

On embarque sur le bateau. De belles tenues sexy et bien chaudes nous attendent. Nous sommes une vingtaine et sommes accompagnés d’un guide et du capitaine.

 

La première heure est destinée à s’enfoncer dans la baie. Nous apercevons quelques macareux au loin, mais pour le moment, pas de trace de baleine. Nous sommes les premiers, le capitaine ne peut donc pas joindre d’autres bateaux pour avoir des informations sur la localisation des baleines. Une autre demi-heure se passe durant laquelle le guide  donne des explications intéressantes sur les mammifères marins et sur l’environnement.

Tout à coup, le capitaine repère une queue au loin. Nous nous approchons, et arrivés à 50 mètres, on coupe le moteur. Un spectacle féerique se passe alors. Une baleine à bosse, puis une deuxième, nous offrent des moments magiques. Elles se rapprochent petit à petit et sortent même parfois contre le bateau. A chaque plongeon, on se demande où elles vont ressortir et on se sent excités comme des enfants. On ne pensait pas qu’il serait possible d’observer des baleines d’aussi près. Ce sont vraiment des créatures impressionnantes et majestueuses. On vous conseille de ne surtout pas rater un moment pareil.

  • Baleine à bosse Husavik

Malheureusement, c’est déjà l’heure du trajet retour. Nous repartons direction Husavik, des images plein la tête, et le sourire aux lèvres. Une collation ainsi qu’un chocolat chaud nous sont servis.

ModruladurL’après-midi, nous roulons 2h vers l’est, pour atteindre le camping de Modrudalur, point stratégique que nous avons choisi, dans le but de partir à Askja le lendemain. Plus on avance, plus il pleut, et surtout, plus il fait froid. Même un canard ne survivrait pas. Nous sommes littéralement gelés et ne bougeons pas de la tente. Cette nuit est la plus difficile que nous ayons connue en Islande. Nous avons tellement froid que nous dormons, en plus de notre duvet + 5°C confort,  avec bonnet, gants et…couverture de survie! La température extérieure est de 0°C et il y a un vent glacial. Aujourd’hui encore, la simple évocation du mot « Modrudalur » nous fait frissonner.

Le lendemain matin, le temps est tellement mauvais que nous renonçons à aller à Askja. A la place, nous choisissons de nous diriger vers les fjords de l’est.

Modruladur campsite

Auteur: Aurélie et Matthieu

Partager cet article :

2 commentaires

  1. Bonjour,

    Je voulais juste vous féliciter et vous remercier de partager toutes ces informations et photos sur votre voyage en Islande ! j’ai passé une partie de mon après-midi à me promener sur votre site, et par la même occasion en Islande. En fait, nous sommes en train d’élaborer le circuit que nous prévoyons de faire l’été prochain entre le 21 juillet et le 4 août (sur place + voyage) ; nous arriverons en bateau et feront le tour dans le sens inverse (est, sud, ouest puis nord).
    Votre reportage nous conforte dans notre idée de partir ! merci ! et nous constatons que nous avons acheté par hasard le même petit guide Rother que vous. Notre séjour différera du vôtre dans la mesure où nous comptons faire le trek de 4 jours « Laugavegur ».

    Bravo et merci

    Sabine Hoellinger (nous sommes 2 couples à partir avec notre voiture, donc pas de pistes !!)

    Répondre
    • Bonsoir,
      Nous vous remercions chaleureusement de vos quelques mots. Nous sommes heureux que notre site vous conforte dans l’idée de partir découvrir cette merveilleuse destination. Vous ne serez pas déçus, c’est certain.
      Le petit guide Rother a été bien utile pour cibler quelques balades à faire. Nous ne les avons pas toutes faites, bien évidemment, mais certaines valent vraiment le détour. De toute façon, en Islande, chaque paysage vaut le détour. On pourrait passer des heures à contempler un seul et même paysage.
      Nous souhaitions aussi faire le trek. Malheureusement, par manque de temps, nous avons renoncé et avons préféré privilégier la découverte d’autres régions.
      Bonne préparation.

      Répondre

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2015 | Une autre route