Islande : Landmannalaugar et retour vers le sud

J15: Landmannalaugar, les montagnes colorées

15 Juillet 2015

La F208 Sud étant fermée à cause de la neige, nous devons donc faire un détour et prendre la F26 puis la F208 nord. Le trajet de Vik au Landmannalaugar nous prend donc 4h. Le seul gué présent sur cette route se situe à quelques mètres du camping. Celui-ci est le plus impressionnant que nous ayons pris. Juste avant ce gué, il y a un petit parking, bien bondé à notre arrivée. Les nombreux gros 4×4 nous font nous interroger sur la franchissabilité du gué. En réalité, certaines balades peuvent partir de ce point. C’est pourquoi, les gens se garent à cet endroit. Si ce gué vous fait trop peur ou vous paraît trop profond (ce qui peut être le cas), nous vous conseillons de vous garer ici. Vous pourrez ensuite longer le gué sur un chemin aménagé et ainsi rejoindre le camping en quelques minutes.

Pour les intrépides, n’hésitez pas à regarder comment s’y prennent les autres automobilistes pour traverser. Pensez aussi à regarder au loin voir si vous voyez le même type de véhicule que le votre garé dans le camping. Enfin, veillez à bien respecter les basiques de la traversée de gué, notamment en ce qui concerne la vitesse. Il faut le prendre le plus doucement possible en première sans caler… Tout un programme! Nous avons été témoins d’une personne ruinant sa voiture de location dans ce gué en voulant le prendre à la manière de Sébastien Loeb.

  • Dernier Gué F208 - Landmannalaugar Jimny Suzuki

L’arrivée à 13h30 dans le camping est assez impressionnante et vraiment différente de tout ce que nous avons vécu auparavant en Islande. Ici, la promiscuité est le maître mot. Cela donne une impression de chaos. Il n’y a pas un brin d’herbe. Les tentes sont collées les unes aux autres, les infrastructures surchargées et une foule de personnes déambulent en maillot de bain des sources chaudes jusqu’au camping… Nous avions initialement prévu de passer deux nuits dans ce camping mais dès notre arrivée, nous avons préféré annuler la deuxième nuit. Le tarif est de 1600ISK/personne douche non comprise (500ISK). C’est le camping le plus cher où l’on a dormi.

On se console en regardant la beauté du paysage environnant. Nous partons d’ailleurs immédiatement randonner (balade n°8 du Rother). On monte au sommet du Brennisteinsalda, qui culmine à 881 mètres, après avoir traversé des champs de lave. Le point de vue panoramique est superbe et nous commençons à croiser un petit peu moins de monde. Nous avons là un bel aperçu des alentours à 360°.

  • Brennisteinsalda - Landmannalaugar

Le soir venu, si vous recherchez un peu de tranquillité, il vous suffit de vous éloigner de quelques pas. C’est d’ailleurs ce que nous faisons pour manger le soir et éviter la fourmilière.

J16: Landmannalaugar et retour vers le sud

16 Juillet 2015

La nuit a été très courte. Nous nous réveillons à 5h du matin et en profitons pour nous réchauffer dans les sources d’eau chaude. Alors que la veille, les bains étaient très fréquentés, ce matin, nous sommes seuls au monde. Nous ne voyons pas âme qui vive pendant au moins 1h.

  • Sources chaudes - Landmannalaugar

Après avoir démonté la tente très tôt, nous nous éloignons un peu pour profiter d’un petit déjeuner au calme en pleine nature.

Alors que le camping dort encore, nous entamons notre randonnée (n°10 du rother) vers le sommet du Sudurnamur. Cette balade circulaire de plus de 3h nous donne un bon aperçu des différents paysages entourant Landmannalaugar. Peu après le début de la randonnée, nous devons enjamber les nombreux cours d’eau plus ou moins larges crées par la fonte des glaces. D’ailleurs, à la période à laquelle nous passons, les cours d’eau sont plutôt très larges. On essaye tant bien que mal de passer sans se mouiller les pieds, en se créant des chemins à l’aide de cailloux. C’est plutôt raté pour Aurélie qui se trempe pas mal les pieds 😆 Nous vous recommandons cette randonnée, qui vous offrira des vues vraiment variées et splendides des alentours.

 

  • Panorama Landmannalaugar balade randonnée

 Après cette balade, il est l’heure pour nous de quitter le Landmannalaugar. Nous empruntons alors la F225 en repensant à tous ces merveilleux paysages qu’offre ce lieu. Cette route comporte un seul gué facile à traverser et promet de beaux paysages. Ne ratez pas le fameux volcan Hekla qui est l’un des plus actifs d’Islande. La plupart du temps, son sommet est noyé dans les nuages, ce qui le rend facilement reconnaissable. Nous apprécions sa beauté mais croisons tout de même les doigts pour qu’il ne fasse pas des siennes aujourd’hui.

Nous rejoignons ensuite la route 26, pour descendre vers le sud. Cette région est réputée pour ses chevaux. Pour les personnes intéressées, sachez que de nombreuses excursions équestres sont possibles. On s’arrête à de nombreuses reprises pour admirer et photographier ces magnifiques créatures.

 

  • Chevaux islandais

On emprunte ensuite la route 1 jusqu’a Eyrarbakki, où nous passons la nuit. Ce petit village portuaire est actuellement connu pour sa prison, qui est la plus grande d’Islande. Cela ne nous effraie pas!!!! Cette petite bourgade a beaucoup de charme. Le camping nous surprend agréablement. Les emplacements sont vastes et les sanitaires sont les plus modernes et les plus propres que nous ayons eu l’occasion de tester. Nous sommes quasiment seuls dans le camping, à quelques pas de la mer. Un jeune ranger, très sympathique, vient collecter les 1000ISK/personne aux alentours de 21h.

J17: Sud de l’Islande

17 Juillet 2015

Nous sommes réveillés par un grand soleil. Nous en profitons pour aller prendre notre petit-déjeuner au bord de la mer. L’endroit est très paisible. Nous admirons longuement le paysage. Aujourd’hui, nous prenons notre temps. Le programme de la journée est bien moins chargé que d’habitude.

Nous visitons ensuite la bourgade dans laquelle nous avons dormi: Eyrarbakki. Nous déambulons dans ce petit village typique de pêcheurs.

Stokkseyri

Puis, nous nous rendons au sein de la réserve naturelle de Floi. Si vous aimez la tranquillité et les oiseaux, ce lieu est fait pour vous. Lorsque vous arrivez, une cabane (avec toilettes) vous accueille. De l’intérieur, vous pouvez observer discrètement les oiseaux. Vous avez également la possibilité de faire une balade circulaire de 2 kilomètres, où il est possible d’apercevoir jusqu’à 70 espèces d’oiseaux différentes. En ce qui nous concerne, nous en avons observé une dizaine.

Direction ensuite un autre village de pêcheurs nommé Stokkseyri. De nombreuses galeries d’art se trouvent dans ses rues. Le tour est vite fait, mais la visite est agréable. Nous pique-niquons sous le soleil, avant de reprendre la route.

Sur la route direction Reykjavik, nous marquons un arrêt au tunnel de lave de Raufarholshellir. Ce tunnel datant du 11eme siècle, est le troisième plus grand d’Islande (1360m de long). Equipez-vous d’une lampe torche et de bonnes chaussures, car vous allez déambuler dans le noir complet, et le sol est très glissant. Vous pourrez apercevoir des magnifiques stalagmites de glace.

tunnel de lave

On reprend la route direction le camping de Reykjavík, où nous avons décidé de passer la nuit. A peine arrivés sur le parking, on voit le camping grouiller de monde. On fait un tour rapide des lieux, c’est plus que bondé. Toutes les tentes sont collées les unes aux autres. Nous n’avons pas envie de finir notre séjour de cette façon. On décide donc de sortir de la capitale pour se trouver un coin plus paisible. Chose faite à Mosfellsbaer, à seulement 10 minutes de Reykjavik. Ce camping est très calme, majoritairement occupé par des islandais en week-end. Attention toutefois! Le site internet précise qu’il y a des douches dans les alentours. Cependant, nous les cherchons toujours. Il y a une piscine à proximité, qui doit peut être héberger des sanitaires.

 J18: Dernier jour à Reykjavik

18 Juillet 2015

Pour cette dernière journée, nous revoilà à Reykjavik. Comme la première fois, nous parvenons à nous garer facilement près du lac Tjornin.

Notre première mission du jour est de trouver un point internet afin de nous enregistrer en ligne pour le vol prévu le soir même. Direction alors l’office du tourisme de la ville. Malheureusement, les ordinateurs ne fonctionnent pas. Nous sommes alors redirigés vers la bibliothèque municipale. La connexion est payante.

Après un bref tour sur le port, nous nous restaurons au Hamborgara Bullan. Comme son nom l’indique, ce fast-food situé sur le vieux port, propose des plats très diététiques, à savoir des hamburgers et des énormes paniers de frites. Ce lieu est très réputé chez la population locale.

Afin d’éliminer les calories ingurgitées, nous décidons de retourner déambuler dans la rue principale et animée de Laugavegur.

Nous nous rendons ensuite au musée national. Le coût est de 1 500 ISK/personne. Si vous êtes désireux d’en savoir plus sur l’histoire de l’Islande, ce musée est fait pour vous. Au fil de ses nombreuses pièces, vous serez les témoins de l’évolution de ce pays, de la colonisation jusqu’à la période actuelle, en passant par les Vikings. Férus d’histoire, nous avons particulièrement apprécié ce musée, dans lequel nous avons passé l’après-midi. Des audio-guides sont disponibles. Des casiers, une boutique ainsi qu’une cafétéria, sont présents au rez de chaussée. Selon nous, s’il y a bien un musée à faire à Reykjavik, c’est celui-ci.

L’heure du départ approche…malheureusement. Il nous faut encore ranger toutes nos affaires, et nettoyer le véhicule. Nous retournons à Gardur, là où notre périple a commencé, dans l’optique d’y manger et de faire nos sacs. Nous l’avons fait…sous une tempête de vent. Nous ne l’avions jamais senti souffler aussi fort. C’est à peine si l’on peut tenir debout.

Notre voyage s’arrête ici. Après avoir rendu la voiture au comptoir de location, nous rejoignons  l’aéroport, où notre vol retour se déroule sans encombre avec la compagnie Icelandair. Durant le vol, nous nous remémorons tous ces moments magiques passés pendant ces 18 jours. Nous quittons l’Islande des étoiles plein les yeux, des images superbes plein la tête…et le cœur lourd.

Auteur: Aurélie et Matthieu

Partager cet article :

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2015 | Une autre route