Crète : Premiers pas sur l’île

J1: Le grand départ

04 février 2015

Le grand jour est arrivé. Comme chaque jour de départ, l’excitation est à son comble. On se demande si on a rien oublié, on vérifie des dizaines de fois que nous avons bien les documents indispensables à notre voyage…

Bien que notre arrivée à l’aéroport d’Héraklion soit prévue à 22h30, notre périple commence dès le matin à Lyon. En effet, à cette période de l’année, nous n’avons pas trouvé de vol direct. Donc, au lieu de n’avoir que 3 heures de vol, nous avons deux escales: une escale courte à Francfort et une bien plus longue à Athènes.

Nous quittons donc notre appartement dès 8h du matin. Après avoir pris un tramway, nous sautons dans le Rhône Express, direction l’aéroport de Lyon Saint Exupery. C’est vraiment l’endroit que nous préférons sur Lyon. Bon, on l’avoue. Ce lieu nous plait bien moins les jours de retour… Puis, nous nous envolons vers Francfort, Athènes et enfin Héraklion, via la compagnie Aegean. Les vols se déroulent parfaitement.

Arrivés sur les lieux, nous nous rendons au comptoir de location Enterprise afin de récupérer notre véhicule: une Suzuki Swift. L’agence se trouve directement dans l’aéroport, ce qui s’avère très pratique. Nous n’avons pas choisi l’option GPS. Nous allons nous repérer à l’ancienne, avec  une bonne carte. La copilote va devoir faire du bon boulot. Ce n’est pas gagné!  😆

suzuki swift

Nous quittons l’aéroport afin de rejoindre notre hôtel qui se trouve au cœur d’Heraklion. Les prix pratiqués sont plus élevés que dans le reste de la Crète à cette période de l’année, mais nous réussissons à trouver un logement à un tarif raisonnable. Nous logeons au Kronos Hotel, pour un total de 48 euros, petit déjeuner inclus. L’hôtel est idéalement situé. Il se trouve à 200 mètres du centre et à 700 mètres du port. Il est facile de se garer à proximité. La personne se trouvant à l’accueil est très sympathique et nous surclasse afin de nous donner une chambre avec un balcon vue mer. L’hôtel se situe à proximité d’une petite route. Etant au mois de février, le trafic ne nous dérange pas mais il est peut-être susceptible d’importuner un peu durant la haute saison. La chambre est spacieuse, propre et confortable. Epuisés, nous ne faisons pas long feu.

chambre Heraklion

J2: une journée au cœur de l’histoire

05 février 2015

Après une bonne nuit de sommeil, nous sommes prêts pour vivre notre aventure crétoise. Nous profitons quelques instants du balcon, qui nous offre une vue splendide sur la mer et la forteresse de Koules. Le temps est superbe. Le soleil est au rendez-vous et la température extérieure est plus que raisonnable. Tout est réuni pour que nous passions une bonne journée.

Vue du balcon

Notre matinée débute par la visite du musée archéologique (4 euros/personne). Ce musée est l’un des plus grands de Grèce. Il abrite une collection représentative de 5 500 ans d’histoire grecque, allant du néolithique à l’époque romaine. Le musée est essentiellement connu pour son impressionnante collection d’objets minoens. Nous avons beaucoup apprécié de visiter ce lieu empreint d’histoire. Une boutique et un café se trouvent également dans ces lieux.

Nous nous rendons ensuite au sein de la vieille ville afin d’en découvrir ses richesses. La vieille ville d’Heraklion a beaucoup de charme et mérite d’être explorée. La place centrale, Plateia Venizelou (également appelée place des Lions), vaut le détour.

Après s’être achetés deux sandwichs, nous nous rendons sur le port pour les manger face à la mer. Le cadre est idyllique. Nous en profitons pour admirer les bateaux et regarder les pêcheurs démêler leurs filets, ou rentrer de leur journée de pêche. Nous nous approchons de la forteresse de Koules, inaccessible au public et en travaux.

Nous retournons ensuite à la voiture restée près de l’hôtel. Nous rejoignons alors le palais de Cnossos, autrefois capitale de la Crète minoenne. Nous sommes pratiquement seuls sur les lieux. Le tarif est de 6 euros par personne. Toutefois, il existe un bon plan. Si vous couplez le musée archéologique et le palais de Cnossos, vous paierez 10 euros pour les deux sites. Le palais se situe à proximité d’Heraklion, et plus précisément à 5 km au sud. Dès notre arrivée, un guide est venu nous proposer ses services. Nous avons refusé mais il est vrai qu’il vaut mieux avoir une sérieuse documentation pour visiter le site, ou bien alors avoir recours aux services d’un guide (environ 10 euros pour 1h30 de visite). En effet, le palais possède très peu d’indications. Il est très difficile de mesurer la splendeur de ce site, et d’en comprendre tout l’enjeu en se basant uniquement sur le peu de pancartes existantes. En ce qui nous concerne, nous avions le Lonely Planet avec nous. Il propose l’essentiel du palais en deux heures et conseille un itinéraire particulier pour pouvoir faire le tour de l’ensemble et l’appréhender correctement.

Une fois la visite terminée, nous traçons la route direction le village de montagne de Zaros. Il s’agit ici de notre première réelle expérience de la route en Crète. Qu’en retenir? Conduire en Crète n’a rien de traumatisant, mais il faut s’adapter à la conduite crétoise. Par exemple, au risque de vous faire klaxonner, nous vous conseillons de vous mettre le plus à droite possible lorsque des véhicules se trouvent derrière vous (oui oui, sur la bande d’arrêt d’urgence ou ce qui peut s’y assimiler…). Les véhicules vous suivant se feront alors un plaisir de vous doubler. Ici, c’est la règle! La route n’est pas toujours en très bon état. Il n’est pas rare de voir des routes un peu défoncées ou de devoir éviter un gros trou, non signalé avant. Les panneaux de signalisation sont habituellement en grec et en anglais. Le panneau en anglais est une transcription phonétique et il n’est pas rare également que les transcriptions en lettres latines différent de celles employées dans les guides ou cartes, ce qui peut s’avérer déroutant parfois. Toutefois, nous n’avons eu aucun problème particulier sur la route. Nous avons toujours trouvé notre chemin.

Pourquoi Zaros? Pour tout vous avouer… Nous avons entendu parler de l’hôtel Keramos et de ses petits déjeuner gargantuesques et nos papilles ont vraiment insisté pour s’y rendre et se faire une idée.

N’oublions pas que nous sommes au mois de février. D’ordinaire, les hôtes sont accueillis par des personnes qui parlent anglais, mais, étant en basse saison (et les seuls touristes de l’hôtel), c’est Katerina, une vieille dame typique, qui nous reçoit…en grec. Elle est adorable. Bien que nous ne parlions pas la même langue, nous parvenons à nous comprendre. L’hôtel est en travaux. Des ouvriers font des aller-retours en permanence. Notre chambre n’est pas prête. Pour nous faire patienter, Katerina nous offre un café et des petites pâtisseries délicieuses. Elle nous conduit ensuite à notre chambre. Très simple, mais suffisante pour la nuit.

Le soir venu, nous faisons un petit tour dans le village de Zaros. La majorité des restaurants sont fermés mais nous trouvons une petite taverne pleine de charme, où les propriétaires se font un plaisir de nous régaler.

J3: Zaros et le centre de l’île

06 février 2015

Nous nous réveillons les pupilles en alerte, alléchés par l’odeur du petit déjeuner préparé par Katerina. Arrivés à table, nous en croyons à peine nos yeux: celui-ci est gargantuesque!!!! La table est remplie de mets plus délicieux les uns que les autres. C’est un véritable régal. Il aurait vraiment été dommage de rater l’accueil de Katerina ainsi que cet endroit typique et surprenant. Nous avons vraiment apprécié notre séjour à l’hôtel Keramos. Le seul bémol que nous pourrions émettre sont les travaux… Mais en même temps, nous sommes hors saison et les professionnels du tourisme en profitent pour rafraîchir et moderniser les lieux.

petit déjeuner Zaros

Le village de Zaros est connu pour ses eaux de source que l’on trouve dans toute la Crète. Ce village de montagne est le point de départ de plusieurs randonnées. Nous nous rendons alors au lac Votomos, situé au nord-est du village. Ce lac, d’un vert émeraude, respire la tranquillité. Nous empruntons un sentier qui nous conduit au magnifique monastère d’Agios Nikolaos. Celui-ci, d’un bleu éclatant, se détache dans le paysage verdoyant.

Agios Nikolaos

Nous poursuivons la randonnée jusqu’aux gorges de Rouvas, qui mènent à la forêt protégée de Rouvas.

Rouvas

On retourne ensuite au bord du lac Votomos pour pique-niquer avec vue sur les oiseaux.

lac votomos

L’après-midi, nous roulons en direction de Rethymnon. En chemin, nous en profitons pour faire une halte dans le village de montagne de Spili. Au centre du village se trouve une fontaine vénitienne de toute beauté, qui comporte 19 têtes de lions en pierre alignées crachant de l’eau.

En fin de journée, nous arrivons à Rethymnon. Nous nous rendons directement à l’hôtel situé à quelques mètres d’une grande plage de sable fin. L’hôtel Poseidon dispose de chambres spacieuses. Une route passe entre l’hôtel et la plage. A cette saison, ce n’est pas gênant car il y a bien peu de monde, mais nous vous conseillons de faire attention à ce détail si vous y allez en pleine saison.

Au coucher du soleil, nous nous baladons sur le port, puis nous dirigeons vers la vielle ville afin de dénicher un bon restaurant. Rethymnon est une ville très animée en soirée. Notre choix se porte vite sur Taverna Othonas, où nous dégustons un succulent poulet de zeus, composé de raki, feta et moutarde. Cette taverne est typique et est surtout fréquenté par des Crétois. Nous sommes très bien accueillis et l’on y mange pour un tarif plus que raisonnable.

repas rethymnon

Auteur: Aurélie et Matthieu

Partager cet article :

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2015 | Une autre route