Crète : La Canée

J6: La Canée

09 février 2015

Aujourd’hui, il pleut. Sur les conseils de notre guide touristique (Lonely Planet), nous prévoyons un itinéraire en voiture de 45 km dans le sud-ouest de la Crète, de La Canée à la plage de Falassarna. Nous partons tôt car la journée va être bien remplie!

Itinéraire la canée

Nous traversons donc le village de montagne de Lakki, puis nous dirigeons vers les gorges de Samaria. Malheureusement, à quelques kilomètres de notre destination, nous sommes littéralement bloqués par… de la neige! Oui, vous ne rêvez pas! Les températures dégringolent au fur et à mesure que nous montons en altitude. A partir du plateau de Omalos, c’est tout bonnement impraticable. La voiture commence à glisser. Il vaut mieux être prudent et rebrousser chemin.

Sur la route, nous pouvons admirer au loin les gorges d’Agia Irini. Nous faisons halte pour le déjeuner à Paleohara, la seule station balnéaire de Crète qui ne ferme pas en hiver. Nous nous laissons tenter par le restaurant Inocchos, en plein centre, dans lequel nous nous régalons.

Repas Paleohara

Après le repas, nous grimpons jusqu’aux ruines du château vénitien du village. Il ne reste pas grand chose, mais la vue sur les montagnes et la mer (déchaînée ce jour), vaut le détour.

Nous retournons à la voiture, bien décidés à nous rendre à la plage de sable rose d’Elafossini, réputée comme étant la plus belle de l’île. Malheureusement, nous n’avons pas la chance de pouvoir l’admirer. Notre guide spécifiait bien que la route devenait plus difficile à partir de Sklavopoula, mais nous ne nous attendions pas à cela… Le chemin est absolument impraticable avec un véhicule de tourisme. Elle en est même dangereuse (très étroite avec d’énormes cailloux). Après des recherches sur internet, plusieurs personnes étaient dans notre cas. Cette portion de route n’est praticable qu’avec un 4×4.

Nous retournons donc à Kato Stalos. Le bilan de notre journée est plutôt mitigé. Nous n’avons pas vraiment pu voir les sites qui nous intéressaient. Toutefois, nous pensons que cet itinéraire peut vraiment valoir le coup si vous vous rendez sur l’île au printemps ou en été (voire en automne).

Le temps ne s’est pas amélioré. Un vent assez impressionnant souffle sur la région. Nous nous rendons à La Canée pour dîner. De nombreuses branches de palmiers jonchent le sol. Nous trouvons un excellent restaurant, Tamam. Installé dans un ancien hammam, les plats crétois proposés sont tout simplement délicieux. Le goût est là, les portions sont plus que généreuses et les prix pratiqués tout à fait corrects. Nous passons une excellente soirée.

J7: De La Canée à Bali

10 février 2015

Aujourd’hui, nous prévoyons principalement de visiter la ville de La Canée avant de repartir pour dormir à Bali (non, non, pas l’île située en Indonésie…). La ville de Bali a simplement été choisie pour des raisons stratégiques et non pas dans une optique de visite. Elle se situe entre Rethymnon et Heraklion, ce qui nous rapproche grandement de l’aéroport.

Le vent est toujours aussi épouvantable et le ciel est bien menaçant. Nous nous baladons sur le port vénitien afin d’admirer le phare et la mosquée de Kioutsouk Hasan. Nous ne pouvons pas nous approcher de trop près de la mosquée et de la mer car il y a tellement de vent, que l’eau s’infiltre sur le port et dans les rues, et balaye absolument tout sur son passage. Des restaurants se retrouvent complètement inondés, des chaises sont emportées, des tables retournées. C’est un petit peu chaotique. A de nombreuses reprises, nous devons partir en courant après avoir pris une photo car l’eau se dirige à toute vitesse dans notre direction…

Le restaurant Tamam nous a tellement laissés un merveilleux souvenir la veille, que nous décidons d’y retourner pour notre déjeuner. Une fois de plus, le pari est réussi et nous ne regrettons rien. Nous nous régalons à nouveau et apprécions toujours autant le cadre de ce restaurant atypique. Un conseil: surtout, demandez à être placés dans la salle non fumeur. En effet, si vous désirez fumer, vous ne serez pas placés dans l’ancien hammam, mais dans une autre salle, qui n’a absolument rien à voir (vous la voyez d’ailleurs de l’extérieur en arrivant devant le restaurant. Par contre, il n’y a aucun moyen de voir la salle se trouvant dans l’ancien hammam de l’extérieur puisqu’elle se dissimule derrière une très grande porte!).

Repas la Canée midi

L’après-midi, nous nous baladons au sein de la vielle ville, qui est vraiment magnifique. La pluie se joint à nous. Nous décidons ensuite de nous rendre à Bali pour notre dernière nuit. Nous avons réservé un appartement au sein de l’hôtel Bella Vista, pour un tarif de 20 euros.

Nous vivons ici une véritable aventure.

Tout d’abord, en arrivant, il n’y a personne à l’accueil de l’hôtel, ce que nous comprenons absolument, étant venus hors saison. Nous téléphonons donc à de nombreuses reprises à une dame qui a beaucoup de mal à comprendre l’anglais, pour qu’elle puisse venir. Nous sommes accueillis très chaleureusement. Nous sommes les seuls clients de l’hôtel. La responsable nous donne donc nos clés et nous dit de les reposer le lendemain lors de notre départ. Nous disposons de l’hôtel entier à notre guise. C’est même un peu flippant, vu le temps qu’il fait dehors et les bruits de télévision qui viennent de l’étage, alors qu’il n’y a personne 😆

Le logement est mignon et très confortable. Nous ne manquons de rien. Il fait plutôt froid donc nous mettons le chauffage grâce à une climatisation réversible. Il faut savoir que dans cet hôtel, se trouve un système à carte. Nous déposons notre clé magnétique à l’entrée, ce qui fait fonctionner tous les appareils électriques et l’éclairage de l’appartement. Le soir, nous commençons à nous faire à manger, lorsque tout à coup, plus d’électricité. Au bout de plusieurs minutes, nous contactons la dame, qui ne comprend absolument rien à ce que nous racontons en anglais. Finalement, l’électricité se remet…pour mieux se couper 30 minutes plus tard. Nous ne rappelons pas la personne. Nous finissons par avoir bien froid et mangeons des gâteaux 😆 Nous trouvons une salle à côté de notre appartement, dans laquelle se trouvent des bougies… La douche du lendemain va certainement faire très mal!

J8: Faux départ

11 février 2015

Nous le confirmons: la douche fait bien mal…mais au moins, ça réveille! Nous ne le savons pas encore, mais notre lot d’aventures n’est pas terminé.

Le vent est toujours aussi impressionnant. Nous nous rendons à l’aéroport et laissons le véhicule au comptoir de location. Puis, la nouvelle tombe. Pratiquement tous les vols sont annulés à cause du vent. Nous faisons alors la queue 1h45 au comptoir de Aegan pour savoir comment procéder pour la suite. Finalement, on nous dit qu’un avion va partir. Nous fonçons donc dans la salle d’embarquement. Nous embarquons. L’avion se met au bout de la piste et là..rien! Nous sentons l’avion littéralement bouger à cause du vent. Le pilote se met à dire (ce n’est pas une blague!) qu’il tentera de décoller entre deux bourrasques de vent. Nous ne sommes pas peureux en avion, mais nous vous avouons volontiers que nous ne faisons absolument pas les malins à ce moment-là. Une femme bien angoissée se met à faire des signes de croix et une autre refuse de s’asseoir car elle n’est pas à côté de son mari. Finalement, après 1h passés en bout de piste, nous sommes priés de redescendre. Le vol est annulé.

Nous retournons faire 2h de queue au comptoir afin de savoir ce qu’il advient de nous. Il faut reconnaître que la compagnie a plutôt bien géré la situation. Elle nous propose un vol pour le lendemain matin (il ne reste plus qu’à téléphoner au patron dire qu’il peut toujours nous attendre..) en première classe. Un taxi vient gratuitement nous récupérer et nous sommes déposés dans un hôtel 5 étoiles à Heraklion (Atlantis). Nous disposons d’une suite gigantesque avec jacuzzi, lit extra king-size… Le repas du soir ainsi que le petit déjeuner (à volonté) sont de très bonne qualité. Un taxi vient, toujours gratuitement, nous récupérer à 5h du matin, et nous partons vers l’aéroport, pour cette fois, décoller sans encombre. On s’en sort plutôt pas mal!

Auteur: Aurélie et Matthieu

Partager cet article :

1 commentaire

  1. Bonjour, votre voyage donne envie. Combien de km avez-vous fait au total ?

    Répondre

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2015 | Une autre route